Le Professeur de Mahmoud Ben Mahmoud : le miracle cinématographique !

Affiche du film Le Professeur

Affiche du film Le Professeur

J’ai regardé hier soir le film Le Professeur de Mahmoud Ben Mahmoud qui a été projeté à l’Institut du Monde Arabe à Paris dans le cadre du Festival des cinémas arabes qui a lieu du 28 Juin au 3 Juillet.

La première particularité du film c’est que c’est le dernier film tourné à l’ère de Ben Ali. Le tournage a été achevé le 23 décembre 2011, durant une période où le sud de la Tunisie commençait à s’enflammer. Le tournage du film a été retardé à maintes reprises et plusieurs tentatives de censures ont eu lieu. Néanmoins, le film a enfin pu voir le jour et le réalisateur n’a fait aucune concession quant au scénario qui a été accepté dans son intégralité. Ceci est presque une exception.

Le Professeur est avant tout une histoire d’amour vécue par un professeur Khalil Khalsaoui (Ahmed Hafiène) et son étudiante Houda Askri (Lobna Mlika). C’est aussi un retour en arrière où on expose la Tunisie des années 1970. Durant cette période, les tunisiens étaient en quête de liberté d’expression et exigeaient d’avoir un état de droit. La tension était à son comble entre le gouvernement et les parties syndicales et cela a engendré la grève des mineurs du bassin minier de Gafsa.

Ainsi, on découvre d’une part la vie de Khalil, un homme marié et papa de deux enfants qui partage sa vie entre son travail de professeur de droit, son idylle avec Houda et ses activités politiques. D’un autre côté, on a Houda, une étudiante amoureuse de son professeur qui se retrouve impliquée dans une affaire d’état avec deux journalistes italiens qui lui demandent d’aller enquêter sur ce qui se passe au bassin minier de Gafsa.

L’idée de mêler histoire d’amour et histoire de la Tunisie est fort intéressante. Le scénario est très bien construit avec des phases (introduction, confrontation, résolution) bien équilibrées. Il n’y a ni lenteur, ni des plans en trop. L’autre point fort du film, c’est les deux acteurs principaux qui constituent deux nouveaux visages du cinéma tunisien et qui ont un jeu d’acteur impeccable. Une intervenante dans le public les a même comparé aux deux célèbres acteurs égyptiens : Mahmoud Abd El Aziz et Lobna Abd El Aziz. On retrouve aussi d’autres acteurs comme Lotfi Dziri ou Sondes Belhassen qui sont égaux à eux même.

Par ailleurs, j’ai aimé le dépaysement historique qu’on sent dès les premières images. Même si le décor manque à mon sens d’un peu de vraisemblance, on réussit vraiment à s’éloigner de la Tunisie de l’an 2013. L’étalonnage et les décors sombres y sont pour quelque chose. On sent aussi que le réalisateur s’est bien documenté et a fait plusieurs recherches historiques avant de commencer à écrire. La mise en scène est assez correcte. De plus, parmi les forces du film, c’est les brillantes répliques des acteurs dont la majorité est d’actualité. En effet, en regardant le film, on ne cesse de faire le parallèle d’une manière inconsciente entre les évènements qui ont lieu à cette époque là et ceux du présent. Le film a pourtant été tourné en 2010 et son scénario a été écrit bien avant.

Le réalisateur et les deux acteurs principaux du film

Le réalisateur et les 2 acteurs principaux du film

Même si ce film n’est pas très beau visuellement, il est au final assez singulier et ne ressemble à aucun autre film tunisien. Il me confirme entre autres le fait que Mahmoud Ben Mahmoud est un réalisateur à part dont le cinéma mérite d’être exploré. A noter qu’un autre de ses films, Traversées (1982) avec Fadhel Jaziri compte parmi mes films tunisiens coup de cœur. Je vous invite vivement à le regarder si vous en avez l’occasion. Le Professeur est une réussite cinématographique où chaque plan a son poids. Comme l’a mentionné l’acteur principal lors de la projection : Un film tunisien, c’est un petit miracle culturel. Ce film est un petit miracle tout court quand on pense à tous les obstacles qu’il a rencontré et à son contenu qui coïncide fortement avec ce qu’on vit de nos jours.

Submit a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>